Exemples de lettres de condoléances


- Notre âme est triste et notre cœur douloureux. Nous nous associons pleinement à votre chagrin.
- Nous n’oublierons pas celle qui vous a quitté et vous envoyons le témoignage de notre sincère affection.
- Nous n’oublierons pas celui qui vous a quitté et vous envoyons le témoignage de notre sincère affection.
- Nous prenons une vive part à votre chagrin. Affectueusement et tristement.
- Nous prions votre famille de nous compter parmi vos sincères amis et espérons qu’elle trouvera dans nos pensées respectueuses un peu de réconfort.
- Nous sommes atterrés par la terrible nouvelle. Nous sommes de tout cœur avec vous.
- Nous sommes tout près de vous dans votre grand malheur. Affection et tendresse.
- Nous sommes vraiment affligés. Condoléances sincères et attristées.
- Nous voulons nous associer à tous ceux qui prennent part à votre affliction. Veuillez recevoir nos condoléances très sincères et croire en nos respectueux sentiments.
- Nous vous prions d’accepter notre respectueuse sympathie. Nous savons combien ce malheur vous a atteint et nous tenons à ce que vous sachiez toute la part que nous prenons à votre douleur.
- Nous vous prions de bien vouloir accepter nos très vives condoléances.
- Permettez-moi de vous dire que je partage votre peine. Je pense à vous. Je suis avec vous chaque jour et chaque instant. Vous pourrez toujours compter sur moi. A très bientôt.
- Permettez-nous de vous dire que nous partageons votre peine. Nous pensons à vous. Nous sommes avec vous chaque jour et chaque instant. Vous pourrez toujours compter sur nous. A très bientôt.
- Tout est dit. Les mots n’y pourront plus rien. Néanmoins, croyez en mon affectueux soutien dans cette terrible épreuve.
- Tout est dit. Les mots n’y pourront plus rien. Néanmoins, croyez en notre affectueux soutien dans cette terrible épreuve.
- Veuillez recevoir mes condoléances très sincères et croire en mes respectueux sentiments.
- Veuillez recevoir nos condoléances très sincères et croire en nos respectueux sentiments.
- Votre peine est la mienne. Comment mieux m’y associer qu’en vous réitérant tout mon attachement pour vous-même et la personne - que vous venez de perdre. Amitiés.
- Votre peine est la nôtre. Comment mieux nous y associer qu’en vous réitérant tout notre attachement pour vous-même et la personne que vous venez de perdre. Amitiés.

Retour